Homme de la Terre

Quand ma maman se levait, toute la maison s'allumait. Avec mes yeux d'enfant, j'admirais cette grande dame qui rassemblait à elle seule toute l'élégance de Paris et la chaleur humaine des campagnes. Je vouvoyais maman. C'était comme ça à l'époque. Mais mon cœur la tutoyait pour me sentir plus proche d'elle. Petit garçon né pendant la guerre 40-45, j'en avais besoin. Ca me rassurait. Et quand elle me prenait la main lors d'une promenade en forêt, je savais que la journée serait belle. C'est elle qui m'a donné goût à la terre, celle qui nourrit et qui nous ressource.